Logo vigipirate attentat
07/01/2015 - 13:00

Vigipirate alerte attentat

Le plan Vigipirate est relevé au niveau alerte attentat sur l'ensemble de la région Ile-de-France après l'attentat perpétré à Paris

Appel à témoins:

- un numéro: 0805 02 17 17
- un mail : alerte-attentat[at]interieur.gouv.fr

- un numéro d'information pour toutes les personnes victimes des récents attentats, leurs familles et leurs proches : 08 00 40 60 05

Toute l'information sur notre compte Twitter @PNationale

Retrouvez les informations sur le plan Vigipirate sur www.risques.gouv.fr



Sous-direction de lutte contre la cybercriminalité

13 décembre 2011

La SDLC a été créée par arrêté du 29 avril 2014. Placée sous l’autorité d'un commissaire divisionnaire, elle comprend plus de 80 personnels.
Cette création procède de la nécessité d’adapter le dispositif du ministère de l’Intérieur à la généralisation de l’utilisation des nouvelles technologies dans la commission des infractions et s’inscrit, dans un contexte général de mobilisation des institutions publiques pour apporter des réponses aux menaces liées à la cybercriminalité.
La SLDC répond au besoin de développer une politique globale de lutte contre la cybercriminalité en intégrant les missions de prévention et de répression. Elle définit les stratégies à mettre en œuvre dans les domaines de l’opérationnel, de la formation et de la prévention du grand public et du tissu économique.
Point de convergence des actions nationales, la S.D.L.C. est une entité pleinement identifiable par ses partenaires institutionnels, les acteurs de l’économie numérique et les particuliers usagers des nouvelles technologies.

L’organisation et les missions de la SDLC:

La SDLC comprend un bureau de coordination stratégique, l’office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), et une division en charge de l’anticipation et de l’analyse.
Directement rattaché au sous-directeur, le bureau de coordination stratégique définit la stratégie et la doctrine de la sous-direction.
Il comporte une cellule de communication et accueille une plate-forme interministérielle d’échange et de prospective au fonctionnement de laquelle sont associés les directions de la police nationale, la direction générale du renseignement intérieur, la direction générale de la gendarmerie nationale, le service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure et des partenaires extérieurs ( la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la direction générale des douanes et des droits indirects).

  • L’office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication.

Rattaché auparavant à la sous-direction de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière cet office comprend désormais 5 sections :
- une section de l’Internet composée de la plate-forme d’harmonisation, de recoupement et d’orientation des signalements « PHAROS » dédiée au traitement des contenus illicites de l’Internet qui accueille un centre de traitement (ou plate-forme) des escroqueries en ligne chargé du recueil des plaintes en ligne, de leur recoupement et de leur exploitation.
Cette section comprend également, un « bureau de l’Internet » chargé de centraliser au bénéfice des enquêteurs, les informations utiles pour faciliter les échanges opérationnels avec les fournisseurs d’accès à Internet.
- une section opérationnelle, chargée de la répression des infractions liées aux atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données (le piratage), des fraudes aux opérateurs de communications électroniques (escroqueries aux SMS et numéros d’appel surtaxés, des piratages des systèmes d’exploitation des smartphones et des standards téléphoniques), des escroqueries commises sur Internet et des atteintes aux systèmes de paiement ;
- une section d’assistance technique, de recherche et de développement.
- une section de la formation en charge notamment de la formation initiale des premiers intervenants et des investigateurs en cybercriminalité.
- une section des relations internationales comprenant une cellule de coopération internationale, une documentation opérationnelle et un bureau de synthèses et d’analyses.

  • La division de l’anticipation et de l’analyse

Cette division a vocation à construire une réponse publique aux particuliers et aux entreprises non identifiées comme des « opérateurs d’importance vitale » et cibles privilégiées des cyber-attaques.
Cette division comporte également une cellule d’information du public, axée sur l’identification des nouveaux modes opératoires (diffusion d’alertes en ligne, campagnes de sensibilisation aux dangers de l’Internet) et les bonnes pratiques permettant de minimiser les risques d’attaque.


Partagez :

Partager et favoriser
Suivez nous sur :