Les Investigateurs en Cyber-Criminalité

Investigateurs en Cyber-Criminalité
23 janvier 2015

Coralie et Mickaël, policiers de la Direction Centrale de la Sécurité Publique, Investigateurs en Cyber-Criminalité à la Sûreté Départementale de l’Essonne.


Coralie, Brigadier de Police, 37 ans, ICC à la SD91 depuis 2 ans.

Coralie a commencé sa carrière dans la police comme agent administratif à Versailles pendant presque 3 ans avant de passer concours de Gardien de la Paix avec succès. ( Concours GPX )
Après sa scolarité à Draveil en 2001, elle est affectée à la Police-Secours d'Evry Courcouronnes (91) puis en BSU (Brigade de Sureté Urbaine).
Elle y restera 7 ans comme enquêtrice dans un groupe de lutte contre les atteintes aux biens avant de postuler comme investigatrice en cyber-criminologie.

Mickaël, Gardien de la Paix,31 ans nouvel arrivant à l'ICC à la SD 91.

Mickaël débute sa carrière dans la police en 2003 comme Adjoint de Sécurité (ADS) où il va faire plusieurs services.
Il commence en Police-Secours à Saint-Geneviève-des-Bois (91) puis intègre le Groupe d'Appui Districal de Palaiseau et termine son contrat d'ADS au CLJ (Centre Loisir Jeune) de l’Essonne. ( Article CLJ Montfermeil ).
Pendant ses années d'ADS, il passe le concours Gardien de la Paix avec succès et retourne à l'école de Draveil en 2008 pour sa formation comme élève GPX.
Ayant de très grandes compétences en informatique, dès sa sortie d'école, il intègre l’hôtel de police d'Evry (91) au service informatique pendant 5 ans.
Désirant travailler comme enquêteur dans son domaine de prédilection, il postule pour devenir Investigateur en cyber-criminologie.

Diplome ICC

Leurs candidatures acceptées, ils suivent une formation de 8 semaines et passent les sélections d'ICC organisées par l'OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication   ) ( Découvrez OCLCTIC ) et l’Éducation Nationale.
Ils réussissent l'examen d'Investigateurs en Cyber-Criminalité.
Coralie occupe ce poste depuis 2 ans et Michael quelques semaines.

Dans le bureau, tous les deux sortent un grand sac à dos beige de leur placard comme s'il s'agissait d'un trophée : « C'est notre Kit de cyber-investigateur ! »

"

Ce kit opérationnel nous permet d'être autonome.  

"

Lorsqu'ils réussissent l'examen de cyber-investigateur, chaque policier reçoit le « kit cyber-investigateur ».
Ce sac contient tout le matériel portable nécessaire afin que chaque agent soit indépendant et autonome.
« On en prend soin car ce kit indispensable nous permet de nous déplacer et exercer notre mission n'importe où. »
Il contient par exemple un logiciel permettant d’analyser et reconstruire les fichiers détruits sur un disque dur, un ordinateur portable...

 

ICC3

Justement, quelle est la mission du Cyber-Investigateur ?

Pour mieux comprendre la mission d'un ICC, il faut connaître la définition de la cybercriminalité :
Ensemble des infractions pénales susceptibles de se commettre sur les réseaux de télécommunication de type internet.
Ex : fabrication de carte bancaire, violation de correspondance, pédopornographie, atteinte au secret professionnel, escroquerie en ligne... 

"

 On nous confond toujours avec les cyber-patrouilleurs

"

Contrairement aux cyber-patrouilleurs qui se font passer selon les besoins de l’enquête pour des enfants, des extrémistes ou autres selon les besoins de l'enquête, le cyber-investigateur intervient à la demande du procureur afin d'extraire des données du cœur des ordinateurs, téléphones portables et tablettes.

"

La mission propre de l'ICC est l’expertise informatique .

"

« Tout ce qui passe dans un ordinateur ou un téléphone laisse une trace même après plusieurs effacements et c'est à nous de les retrouver ».
L'ICC brise le scellé et démonte l'ordinateur pour extraire le disque dur.
Un logiciel très puissant scanne l'intégralité du disque, reconstruit les fichiers effacés et vérifie les extensions.
Selon la taille du disque, cette opération peut prendre jusqu'à 15 heures.
« Un disque dur peut actuellement contenir autant d'information que la bibliothèque François Mitterrand. »

Vient ensuite le travail manuel du policier que le logiciel ne permet pas de trier.
Il faut trier les photos, vidéos et documents un par un et sélectionner ceux qui sont utiles à l’enquête en cours.
Après rédaction d'un rapport d'analyse, l'ICC transmet directement les informations au juge d'instruction dans le cadre des commissions rogatoires.
L'essentiel des missions concernent des affaires de pédophilie.

ICC4
"

Les affaires de pédophilie sont parfois très dures, sur ma première analyse, j'en ai eu la nausée !

"

« Dans les affaires de pédophilie, il faut trier des centaines de photos et vidéos afin de séparer le « pédo » du « porno ». »
Cette investigation qui demande plusieurs jours de travail est très éreintante.

"

 ...cet épisode m'a poussé à rencontrer un psychologue.

"

Coralie revient sur une affaire de pédophilie familiale particulièrement perturbante :
« Dans cette affaire, j'ai trié des centaines de photos et vidéos choquantes dont un enfant était victime des parents.
La famille fut convoquée au commissariat après mon travail et j'ai croisé dans le couloir le petit garçon vu auparavant sur les images.
Le fait de rencontrer ce petit garçon m'a fait remonter des images en tête pendant plusieurs jours.
C'était la première fois et cet épisode m'a poussé à rencontrer un psychologue. »
Mickaël reprend alors : « Les affaires de pédophilie sont parfois très dures, sur ma première analyse, j'en ai eu la nausée !
Mickaël n'évoque pour le moment, pas le besoin de consulter un des psychologues mis à disposition de tous les policiers, mais n'a aucune crainte à le contacter si cela s'avère utile.
Tous deux pensent qu'un suivi psychologique est nécessaire pour aider les policiers face aux affaires difficiles.
En brigade des mineurs, ils en parlent en groupe mais l'ICC est souvent seul à absorber toutes ces horreurs.

ICC5
"

Nous avons aussi des affaires de corbeaux !

"

Mickaël retrouve vite le sourire en disant :
« Nous avons aussi des affaires de corbeaux !
A l'époque les gens s'envoyaient des lettres anonymes pour insulter son voisin, son patron, son ex mais aujourd'hui, ils le font par mails.
Sur internet, les gens ont l'impression d'être anonymes mais n'importe quel fichier ou message peut nous faire remonter jusqu'à son auteur.
Ils sont d'ailleurs assez surpris quand ils sont convoqués par la police. »

Tous deux sont passionnés par leur travail.
Même si les missions ne sont pas toujours simples, ils sont fiers que leurs investigations permettent l’interpellation d'individus dangereux.
Afin de mieux faire connaître leurs missions, ils aimeraient d'ailleurs intervenir lors des formations OPJ (Officier de Police Judiciaire) pour faire de la sensibilisation.

Kit