La division nationale de lutte contre le hooliganisme

La division nationale de lutte contre le hooliganisme
7 mars 2018

Créée en 2009, la division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH) relève de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP).


Elle est chargée de lutter contre les phénomènes de violences et de hooliganisme dans le cadre de rencontres sportives sur le territoire national (et au niveau international lorsque des équipes françaises sont concernées). Les policiers de ce service travaillent avec l’appui de correspondants locaux de la sécurité publique et de la préfecture de police de Paris et communiquent étroitement avec les acteurs du monde sportif (fédérations sportives, ligues professionnelles, clubs, supporters).

La DNLH représente le ministère de l’Intérieur auprès de l’instance nationale du supportérisme (INS), qui a pour mission de renforcer le dialogue avec les supporters, les clubs et les ligues, en application de la loi du 10 mai 2016 .

SES MISSIONS

  • Coordonner les capacités de renseignements et participer à la sécurité des rencontres sportives à risques
  • Identifier les cas individuels à risques
  • Participer à l’organisation des dispositifs de sécurité autour des matchs à risques
  • Réaliser des synthèses relatives à l’activité des services en matière de lutte contre les violences dans les enceintes sportives
  • Animer le réseau des correspondants hooliganisme et celui des sections d’intervention rapides (SIR) au plan national
  • Conseiller le préfet de département et le directeur de la sécurité publique (directeur départemental de la sécurité publique, directeur de l’ordre public et de la circulation à Paris, commandant de groupement de gendarmerie) dans la gestion des rencontres sportives à risques

Elle peut activer des policiers « spotters » (physionomistes) spécialisés dans le suivi et la détection de supporters à risques, à l’occasion de matchs particulièrement sensibles et de rencontres internationales. Ces spotters sont mis à la disposition du département ou du pays où se déroule la rencontre dans le cadre de leur mission.

EURO2016-LILLE-46

NB: La DNLH est le Point National Information Football (PNIF) pour la France. Il permet une coopération opérationnelle avec les pays partenaires européens dans le cadre des rencontres sportives internationales (par exemple à l’occasion de l’EURO 2016 de football ou des compétitions européennes de clubs)

Qui sont « les hommes en bleu »?

Vêtus d’une tenue de sport bleue, les policiers des sections d’intervention rapide (SIR) ont pour objectif de prévenir les éventuels incidents survenant à l’intérieur des enceintes sportives et en interpeller les auteurs si nécessaires.

Il existe 18 sections d’intervention rapide dont une relevant de la Préfecture de police à Paris et une autre de la Gendarmerie nationale.

Elles comptent au total 451 policiers et 32 gendarmes. Parmi eux, on trouve les « spotters » .

A savoir

La sécurité à l’intérieur des enceintes sportives est du ressort de l’organisateur, sauf trouble grave à l’ordre public.

Quelques chiffres relatifs à la saison2016/2017

752 interpellations dont 567 sur les matches de Ligue 1 et Ligue 2
280 individus interdits de stade au 20 mai 2017
343 mesures d’interdictions prises au cours de la saison
• 52 « spotters » se sont déplacés à l’étranger à l’occasion de rencontres européennes et 57 spotters étrangers sont venus en France.

EURO2016-LILLE-70