Opération de prévention sur les plages basques

Opération de prévention sur les plages basques
28 juillet 2020

C’est un véritable petit « village prévention » qui s’est installé et déplacé sur les plages d’Anglet, Hendaye et Biarritz, en ce début de vacances estivales. Durant plusieurs jours, le chargé de communication de la DDSP des Pyrénées-Atlantiques, accompagné de 4 collègues du même service, Cathy, Céline, Véronique et Olivier, ont animé les lieux de façon dynamique.


Une initiative pour rapprocher la population de sa police tout en sensibilisant les jeunes et leur famille sur différents sujets : l’alcool, les stupéfiants, le code de la route ou encore les dangers liés à internet, comme nous l'explique Laurent: « Nous avons proposé au public de tester ses connaissances en tournant une roue. Nous avons commencé par un petit test à l’aveugle sur les musiques de film ou les séries policières, histoire d’attirer du monde et de me transformer le temps du jeu en Michel Drucker ou Jean-Pierre Foucault ! (rires). A chaque bonne réponse, nous avons remis une récompense, sous forme de petits goodies à l’effigie de la police nationale.

La magie a opéré, les participants ont été nombreux et de tout âge, ils ont beaucoup ri et ont joué le jeu en répondant à nos questions. Une ambiance bon enfant et décontractée ».

Des animations ludiques pour faire de la prévention différemment afin de rappeler les règles, évoquer la loi, les bons comportements à adopter au volant. Une façon de répondre aux gens qui ont encore trop souvent des idées reçues sur les drogues ou la sécurité routière.

« Nous avons également mis en place des ateliers avec des lunettes pour simuler l’ivresse ou les effets du cannabis mais également la fatigue au volant et les conséquences d’une prise de médicaments. Ainsi, tout le monde a pu se rendre compte à quel point la concentration et les réflexes sont altérés. Nous avons même développé une piste spéciale trottinette électrique et gyropode afin de sensibiliser la population aux risques de ces engins !» ajoute Laurent.

C’est en juillet 2015 que la première opération de ce genre a eu lieu, une idée d’un PFAD (policier formateur anti-drogues) de Bordeaux, avec qui Laurent pilotait plusieurs actions de prévention: " Cette année 2020 a été très particulière et, après une longue période de confinement, il me semblait intéressant de relancer cette action. De plus, je garde un excellent souvenir de l’édition 2015, des échanges intéressants avec la population, contents de nous voir. Depuis, beaucoup d’événements se sont déroulés et je pense qu’il était essentiel d’aller au contact des gens, de les rencontrer autrement."

Laurent nous précise que la crise sanitaire liée au COVID-19 n’a pas simplifié les nombreuses démarches pour la mise en place d’une telle opération de prévention: « J’ai commencé à travailler sur le projet au début du mois de mars. Pendant le COVID, il n’a pas été aisé de solliciter les maires accaparés par la crise sanitaire. Les élections municipales ont également ralenti l'obtention des arrêtés d'implantation. Il a fallu également anticiper la recherche de subventions pour la réalisation des goodies puis faire appel à différentes sociétés. La DCRFPN de la région avait mis à notre disposition le minibus du recrutement, véritable pôle d'attraction de notre village de prévention et je les en remercie.

Tous ces efforts ont été récompensés car notre opération s’est très bien passée. On a eu du soleil, du monde et un beau bronzage administratif ! (rires) Plus sérieusement, nous avons rencontré beaucoup de monde. La population a répondu présente et s'est montrée très intéressée par notre action. Des jeunes, des familles, des seniors sont ainsi venus participer et faire tourner la roue avec envie et plaisir. En interne, cela a amené plus de cohésion dans notre équipe. Des échanges riches, rigolos et fructueux avec la population rencontrée ».

Que retiendrez-vous de cette expérience ? Quel est votre meilleur souvenir ?

"- Cathy : Avoir été au contact de familles venues à notre rencontre parfois avec 4 générations. D'avoir pu partager notre savoir avec petits et grands et d'avoir eu en retour des sourires, des compliments et du soutien.

- Céline : Le petit Baptiste, 4 ans environ, qui pensait que nous étions venus là pour son anniversaire et pour lui faire des cadeaux.

- Olivier : J'ai surtout apprécié l'attitude et l'attention de certains jeunes adolescents aux remarques et explications apportées. Et aussi d'entendre que la plupart des participants apportaient leur soutien aux effectifs de police face aux derniers évènements.

- Laurent : Une mamie de 72 ans venue pour faire du gyropode ! Je suis le porteur du projet et en tant que PFAD je crois très fort à ce type d'action pour transmettre tous nos messages et donner une image positive à la population. J’ai le sentiment d'avoir pu valoriser notre institution auprès d'un public venu de toute la France, qui est reparti avec des souvenirs positifs sur la police nationale. A mon sens, nous devons renouveler cette opération en augmentant notre présence sur d'autres plages ou dans les centres de vacances.

Nous allons réfléchir à tout cela. Nous nous mobiliserons dès janvier 2021 pour renouveler et améliorer cette action."