Sécurisation du 80e anniversaire du Débarquement : « C’est un honneur d’y être associé »

  • Actualité
  • Publié le 07/06/2024
Commissaire de police
Sandrine Sarfati / police nationale

Christian Ghirlanda, commissaire divisionnaire, est directeur zonal adjoint des compagnies républicaines de sécurité (CRS) Ouest. Il est également chef du groupement opérationnel CRS sur le dispositif du 80e anniversaire du Débarquement, un événement qui a accueilli des milliers de spectateurs du 4 au 7 juin.

Quelles sont vos missions sur le dispositif de sécurisation de cet événement hors norme ?

Une première phase de planification a débuté en novembre 2022 avec une phase logistique, elle s'est matérialisée sur le site par notre arrivée en Normandie le 21 mai. Durant cette phase, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les Préfets du Calvados et de la Manche, les directeurs interdépartementaux de la police nationale de ces deux départements mais aussi la Préfecture Maritime, la gendarmerie nationale et les armées. Notre tâche était à la fois de conseiller les autorités locales, de concevoir les dispositifs CRS et d'évaluer les besoins en ressources compagnies de maintien de l'ordre mais aussi spécialistes CRS pour permettre aux Préfets d'exprimer leur besoin.

Enfin, il s'agissait aussi de permettre l'accueil dans les meilleurs conditions des unités CRS mises à ma disposition tant d'un point de vue logistique (hébergement et subsistance) qu'opérationnel (conception des dossiers missions, prise en compte du terrain, accueil sur la mission, contacts locaux...).

Une seconde phase de conduite a consisté à mettre en œuvre tout ce qui a été planifié. En ce qui nous concerne, il s’agit d’un déploiement du 04 juin au soir et jusqu'au 07 juin en soirée. Cette phase permet de gérer les imprévus et les aléas qui surviennent inévitablement sur ce genre de grand évènement.

Quelles ont été vos impressions ?

À ma toute petite échelle, j’ai le sentiment de permettre à la France de rendre hommage à tous ses jeunes hommes et femmes de nombreux pays venus verser leur sang pour libérer le pays. C’est un honneur d'y être associé et de croiser des vétérans.

Quel a été votre parcours dans la police nationale ?

C’est le besoin d'exercer une activité de service public au bénéfice direct de nos concitoyens qui m’a poussé à rejoindre la police nationale. J’y suis entré en 1985 en tant que gardien de la paix. J’ai aussitôt rejoint les compagnies républicaines de sécurité (CRS). Puis, j’ai réussi le concours d’officier de paix en 1990 et ai été affecté en CRS avant de rejoindre le cabinet du Préfet chargé de la sécurité en Corse en 2000.

En 2009, j’ai été intégré commissaire de police. A la sortie d'école, j'ai pris le poste de directeur départemental adjoint de la sécurité publique d'Ajaccio. En 2014, j'ai été nommé sous-directeur adjoint à la logistique à la direction centrale des compagnies républicaines de sécurité (désormais direction nationale) à Paris. Depuis 2019, je suis directeur zonal adjoint des CRS Ouest.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus ?

Tout d’abord, le management de personnels remarquables d'abnégation et de sacrifices au profit des autres. Leur diversité et leur richesse m'enrichit tous les jours, c'est pourquoi j'aime à m'occuper d'eux et à assurer au maximum leur sécurité professionnelle, juridique mais aussi garantir un bien-être au travail qui concoure en partie au bien-être personnel. En résumé, être à leur écoute concrètement.

Le second aspect est exactement ce que je fais sur ce groupement opérationnel : l’adrénaline de la planification et de la conduite d'un dispositif hors norme, le contact avec des partenaires de multiples administrations et services ainsi que le plaisir final d'un évènement qui s'est bien déroulé, d'un dispositif qui a répondu à la demande et des fonctionnaires placés sous ma responsabilité qui sont tous rentrés sains et saufs et satisfaits de leur mission.