Les policiers Gatien Le Rousseau (para-cyclisme) et Grégoire Bireau (para-aviron) sélectionnés pour les Jeux paralympiques de Paris

Grégoire Bireau, para-aviron, réserve citoyenne et Gatien Le Roussseau, para-cyclisme, réserve citoyenne

À deux mois du coup d’envoi des Jeux paralympiques de Paris, les premiers athlètes paralympiques de l’équipe police nationale intègrent officiellement la liste des sélectionnés.

Le policier rennais, Gatien Le Rousseau, sera aligné du 29 août au 1er septembre sur les épreuves de para-cyclisme sur piste du site olympique de Saint-Quentin-en-Yvelines et du 4 au 7 septembre sur les épreuves de para-cyclisme sur route. Une belle concrétisation pour celui qui est monté 3 fois sur le podium des Mondiaux en mars dernier. Le policier libournais et para-athlète en aviron, Grégoire Bireau, sera à retrouver sur le site olympique de Vaires-sur-Marne du 30 août au 1er septembre sur la catégorie quatre barré mixte PR3. L’aboutissement d’années d’entraînement pour celui qui avait décroché en 2023 le quota paralympique et qualifié le bateau avec ses coéquipiers, et remporté une médaille d’argent aux Championnats d’Europe de para-aviron.

En 2022, la police nationale a fait évoluer son dispositif d’accompagnement de sportifs de haut niveau pour permettre l’intégration d’athlètes handisport au sein des effectifs de l’équipe police nationale. Ils sont 8 aujourd’hui dans ce dispositif dont 6 engagés dans la course pour les Jeux Paralympiques de Paris.

En course pour la sélection paralympique : Thomas Peyroton-Dartet en para-cyclisme est actuellement numéro 1 mondial en catégorie C3 et a récemment remporté une médaille d’argent lors de l’étape de Coupe du Monde d’Ostende (Belgique) en course en ligne dans la catégorie C3. Guilhem Laget, poursuit de son côté sa saison en tennis fauteuil avec l’ambition de se qualifier pour les Jeux Paralympiques. À seulement 24 ans, celui qui perdu l’usage de ses jambes à 8 ans et qui a découvert le tennis à 15 ans, fait partie des meilleurs mondiaux. À 46 ans, Estelle Marsa-Galant, brigadier-chef mais également joueuse de volley assis, est aussi en préparation pour les Jeux Paralympiques avec l’équipe de France. Julie Marano, guide de la para-triathlète Annouck Curzillat se prépare de la meilleure des manières avec déjà deux top 5 dont une médaille d’argent en Coupe du Monde. 
Les deux para-athlètes font désormais partie des 15 policiers déjà qualifiés pour les Jeux Olympiques et Paralympiques aux côtés d’Alexis Jandard en plongeon synchronisé, de Vahine Fierro et Kauli Vaast en surf, Vanina Paoletti en kayak sprint, Téo Rayet en aviron quatre sans barreur, ainsi que les sabreurs Sébastien Patrice et Maxime Pianfetti, Camille Jedrzejewski en tir au pistolet à 10m, 25m et 10m mixte, Mélanie Couzy en fosse olympique, et les nageuses et nageurs qui ont réalisé les minima olympiques : Anastasiia Kirpichnikova en 400 m, 800 m et 1500 m nage libre mais aussi sur le relais 4x200 m, Emma Terebo sur sur 100 m dos et 200 m dos, Damien Joly en 1500 m nage libre et enfin Wissam-Amazigh Yebba au relais en 4x200 m. 

À propos de Gatien Le Rousseau

Originaire de Léhon, ville voisine de Dinan (22), Gatien Le Rousseau a commencé le cyclisme à l’âge de 10 ans. A 12 ans, il se lance dans le triathlon avec des bons résultats et un titre de champion de Bretagne. En 2018, à l’âge de 16 ans, il est victime d’une luxation du genou avec atteinte du nerf fibulaire. Une blessure à laquelle il sera à nouveau confronté deux ans plus tard sur son autre genou. À la fin de sa rééducation, il découvre le mouvement handisport en commençant par l’aviron, un sport qui lui permettait de limiter sa peur d’avoir mal au genou. Dans le cadre de sa préparation physique, il remonte sur un vélo et retrouve le plaisir de rouler. C’est une rencontre avec Katell Alençon, vice-championne du monde et championne d’Europe en contre-la-montre, qui a donné envie au jeune breton d’aller plus loin et d’intégrer la Team Cofidis. En 2022, il participe à ses premières compétitions internationales avec une quatrième place au Championnat du Monde. Cette même année, il profite de la nouvelle convention entre la police nationale et l’Agence nationale du sport qui permet désormais aux athlètes handisports d’intégrer l’équipe police nationale. Un dispositif qui lui permet de se concentrer sur son objectif de se qualifier et de briller aux Jeux Paralympiques de Paris sur les épreuves de route et de piste en catégorie C4.

À propos de Grégoire Bireau

Grégoire Bireau découvre l’aviron un peu par hasard en souhaitant trouver un sport qui lui permettrait de se démarquer des autres. Il commence à 10 ans au club nautique de Libourne dans lequel il est toujours licencié. En 2019, alors en terminal au lycée, il quitte la région bordelaise pour rentrer au Pôle France d’aviron de Toulouse. En 2021, il intègre l'équipe de France U23 et participera à ses premiers Championnats du Monde U23 lors desquels il terminera 10e. En juillet 2022, Grégoire se retrouve blessé à la main lors d’un accident du travail avec l'hélice d'un bateau à moteur qu’il utilisait pour encadrer une séance d'aviron. Moins d’un an après, il intègre l'équipe de France paralympique d'aviron. Il gagne alors rapidement ses premières médailles au niveau européen début 2023, tout d’abord en indoor puis au sein du bateau de quatre barré mixte PR3. En septembre 2023, l’équipe qu’il compose avec Margot Boulet, Rémi Taranto, Candyce Chafa et la barreuse Emilie Acquistapace qualifie le bateau tricolore pour les Jeux Paralympiques de 2024 grâce à une 5ème place lors des Championnats du monde. En mars 2024, Grégoire intègre l’équipe police nationale qui, depuis 2022, a évolué pour permettre aux athlètes paralympiques de bénéficier d’un soutien de l’institution, mais aussi d’opportunité de reconversion professionnelle.

Paramètres d’affichage

Choisissez un thème pour personnaliser l’apparence du site.