Le service de la protection (SDLP) fête ses 10 ans

  • Mis à jour le 29/11/2023
  • Actualité
  • Publié le 08/06/2023
Agents du SDLP en costume devant une voiture
Philippe Daurios / police nationale

Au quotidien, les 1 471 agents du service de la protection (SDLP) assurent la sécurité de nombreuses personnalités publiques mais aussi des sites de l’administration centrale du ministère de l’Intérieur et des Outre-Mer.

La protection des personnes

Le service de la protection assure plusieurs missions permanentes ou temporaires. Celles-ci concernent notamment :

  • le Premier ministre et les membres du gouvernement ainsi que des chefs d’État ou de gouvernement étrangers en visite sur le territoire français ;
  • des personnes menacées (journalistes, dessinateurs, magistrats…) ;
  • l’organisation et la coordination de grands événements internationaux, comme des sommets ou visites d’État.

La sûreté bâtimentaire

Il est également chargé de la sécurité des sites de l’administration centrale du ministère de l’Intérieur et des Outre-mer, 7j/7, 24h/24 et apporte son expertise en matière d’organisation de cérémonies d’hommage ou protocolaires.

Son histoire en quelques mots

L’organisation des mesures d’ordre et de sécurité nécessaires aux déplacements du président de la République naît au début du siècle dernier. Deux textes majeurs en marquent les fondements : le décret signé par le président Gaston Doumergue en 1929 puis l’instruction interministérielle de 1935, après l’assassinat du roi Alexandre Ier de Yougoslavie et du ministre français Louis Barthou à Marseille.

Héritier de ces mesures, le service de la protection (SDLP) est créé et organisé en 2013. Il est issu de la fusion entre trois services :

  • le service de protection des hautes personnalités (SPHP) ;
  • le service de la sécurité du ministère de l’Intérieur (SSMI) ;
  • le service central automobile (SCA).

Le saviez-vous ?

Le SDLP est l’un des rares services de la police nationale dont les agents ne portent que très rarement l’uniforme du fait de leurs missions discrètes. Dans le cas d’événements prestigieux comme le 14 juillet, ils peuvent revêtir la grande tenue d’honneur.