Maxence Barouh, kayakiste et policier : au fil de l’eau

  • Dossiers
  • Publié le 21/05/2023
  • Mis à jour le 07/03/2024
Portrait de Maxence Barouh, sportif de haut niveau de l'équipe police nationale
Sandrine Sarfati / police nationale

Âgé de 27 ans, Maxence Barouh a été sacré champion d’Europe en mai 2023 lors de la descente classique en kayak homme à Skopje (Macédoine du nord). Ce policier adjoint a également remporté le titre de vice-champion d'Europe en sprint.

Chez les Barouh, le kayak est une histoire de famille. Le père de Maxence a remporté une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984. « C’est en voyant une photo de lui à la maison que j’ai eu envie d’essayer ce sport. J’ai commencé à l’âge de 11 ans et j’ai tout de suite bien accroché. »

Des sensations très grisantes, l’impression de glisser sur l’eau… Voici ce qui lui plaît dans son sport. « En kayak, il faut être concentré, endurant et très fort musculairement » explique-t-il. « L’environnement dans lequel on pratique cette discipline est souvent naturel, on fait face aux aléas de la météo. Il faut alors adapter sa technique et son kayak aux éléments présents. »

Avant chaque compétition, le champion prend un repas composé d’éléments nutritifs et réconfortants : des œufs, des avocats du café. Puis, c’est la phase d’échauffement et de concentration. «  Je vérifie minutieusement mon matériel, que chaque petite vis soit bien là. Enfin, je m’étire rapidement pour bien prendre conscience de mon corps et être connecté à moi-même ».

Une routine qui porte ses fruits : Maxence Barouh affiche déjà un très beau palmarès. Il a notamment fini 2e aux championnats du monde de Treignac (Corrèze) 2022 en course classique et sprint. Parmi ses meilleurs souvenirs de titre figurent les championnats d’Europe en 2021. « Le parcours était très compliqué et très dur psychologiquement. Après mon passage, il restait vingt athlètes qui devaient s’élancer. Je me souviens d’avoir pleuré et sauté de joie quand le dernier concurrent est passé et que je restais à la première place du podium. »

Maxence s’oriente progressivement vers une autre discipline : la course en ligne 500 mètres. « Le meilleur conseil qu’on m’ait donné est de rester calme et soi-même sous la pression ». Un conseil également valable pour son autre activité : policier adjoint. Le sportif de haut niveau mène des missions de recrutement et de formation. Il fait également partie de l’équipe police nationale : « c’est une grande fierté et une belle preuve d’accomplissement que cette grande institution me fasse confiance ».

Une histoire avec la police nationale qui ne fait que commencer. Pour sa reconversion professionnelle, Maxence souhaite intégrer la Direction de la coopération internationale de sécurité (DCIS).

Découvrir d'autres articles sur le dossier : Nos sportifs en compétition